Archive | 14 août 2017

Une Bouteille à la mère Isabelle PIRAUX

L’auteure : Isabelle PIRAUX

22310504_280769362327927_8168509114168390624_n

Isabelle PIRAUX exerce un métier de juriste dans le domaine bancaire, fonction qui exige des qualités de rigueur, d’organisation et d’analyse. Elle compense ce haut niveau de concentration intellectuelle par diverses activités artistiques, en particulier l’écriture.

Enfant unique, elle se passionnait pour la lecture et fréquentait assidûment la bibliothèque de son quartier. Elle griffonnait ses carnets à longueur de temps.

A treize ans, elle remporte un prix de poésie décerné par une célèbre radio libre et plus récemment, en octobre 2016, elle a été sélectionnée par le jury de monbestseller.com pour sa nouvelle « Avatar » qui figure dans le recueil des meilleures nouvelles sur le thème « Mon double a pris ma place ».

Passionnée de généalogie, son histoire familiale et le mystère autour de son ascendance ont été sa première source d’inspiration pour son premier roman.

Le livre : Un bouteille à la mère – Chronique d’un message oublié
La couverture : Une jolie photo vintage qui traverse les générations

51HSwomMjPL._SX331_BO1,204,203,200_

Le résumé :

« Familles je vous hais … » écrivait André Gide dans les nourritures terrestres.
Comment se défaire du vécu douloureux de nos aïeux quand il nous travaille au corps ?
Comment exorciser ces transmissions invisibles et inconscientes de génération en génération ?
Vous ne le savez peut-être pas mais nous n’héritons pas seulement des yeux clairs ou de la gentillesse légendaire de nos aïeux.
Parfois nous recevons aussi en héritage une part de leur histoire sans en être vraiment conscients : secrets de famille, deuils non accomplis, non-dits, traumatismes non résolus …
Une Bouteille à la Mère – Chronique d’un message oublié raconte ma quête pour en finir avec le secret qui a plané pendant toute mon enfance et pour libérer ma mère du silence dans lequel elle se murait.
Une quête progressive et tenace qui m’a conduite sur bien des chemins de traverse et ramenée dans le passé.
Pour se construire il faut savoir d’où l’on vient.

la bande annonce du livre Clic ici

Ma petite chronique :

Je commencerai par le petit point faible, la lenteur de la mise en place du roman et de ses personnages, mais ceci n’a aucunement gêné ma lecture, je dirais même qu’une fois dans l’histoire j’ai pu apprécier le côté crescendo jusqu’à la fin.

Les non-dits, les secrets de familles peuvent engendrer des conflits familiaux et individuels qui pèsent sur plusieurs générations.

C’est ce que va nous montrer isabelle Piraux dans son roman » Une bouteille à la mère »

Depuis son enfance la fille de Beth, la narratrice, ressent une certaine souffrance chez sa mère sans en savoir la cause.
Beth ne parle pas beaucoup et reste évasive aux questions surtout lorsqu’il s’agit de sa propre mère.
Un lourd silence s’installe, et le secret traversera les générations.
Pourquoi se taire ?
La souffrance n’est-elle pas le pire dans les non-dits ?

Pour venir en aide à Beth, sa fille va mener l’enquête entraînant le lecteur avec elle, dans le passé secret de son aïeule à une époque où les femmes n’avaient pas le droit de décider, ni la liberté d’agir.
Un labyrinthe a été tissé comme une toile d’araignée au fil des années et des générations pour cacher ce secret de famille.

Est ce que cette petite fille devenue adulte arrivera à faire la lumière sur ce poids terrible qui a gaché la vie de sa mère et l’a empêchée de s’épanouir sereinement ?

D’une écriture fluide et agréable, Isabelle Piraux, nous fera remettre en question.

Et si chez nous il y avait un secret de famille ? Pourquoi pas, les générations passent mais l’être humain ne change pas vraiment.
la religion, la peur du regard de l’autre, la lâcheté, autant de choses qui font que les non-dits existent toujours et continuent d’engendrer des souffrances que l’on peut soigner par thérapies individuelles ou familiales de nos jours.

Faut-il parler de tout en famille ? un sujet qui reste encore tabou !

La révélation d’un secret ne permet certes pas d’en guérir mais permet de reprendre son destin en main.

Retrouvez plus de chroniques sur le blog « Le Phare Littéraire » —–> Ici

Ma petite note : 10/10

En connaître plus sur l’auteure :

La page facebook de l’auteure Clic ici

Publicités