Archives

Papi, il est trop rigolo ! par Aurélie Wynant

L’auteure : Aurélie Wynant 

61tzwERPr1L._UX250_

 

Aurélie Wynant est une auteure et illustratrice de livres jeunesse née en 1983, plus passionnée de dessin que de lecture.

Depuis son plus jeune âge, Aurélie dessine beaucoup, énormément. Surtout des portraits aux crayons graphites et des fan Art.

A la naissance de sa fille, le temps manquait pour dessiner, mais pas l’envie. Elle s’est vite rendu compte à ses 17 mois, qu’elle adorait les livres… alors pourquoi ne pas lui faire un livre ! Voila d’où est venu son projet d’auteure de livres jeunesse.

En 3 mois, Aurélie réalise dix livres, des livres pour apprendre et découvrir et des livres avec des histoires à raconter ou à lire. Aurélie dévoile un univers coloré, mettant souvent en scène des animaux et sa fille.

Le livre : Papi, il est trop rigolo !
La couverture :  Une caricature d’un drôle de papi. Une couverture dessinée qui interpelle rappelant le livre précédent  » Mamie, elle est trop forte ».

41KIa-xd9EL._SY498_BO1,204,203,200_


Genre : Jeunesse
Nombre de pages : 24 pages
Prix : Broché : 9 euros Numérique : 2.99 euros

Le résumé :

Mon papi il me fait beaucoup rire. Non, non, Papi n’est pas un clown. Il n’a pas de nez rouge et de gros nœud papillon, mais Papi il est trop rigolo !

Ma petite chronique :

Je retrouve avec plaisir les aventures de cette petite fille qui après nous avoir présenté sa « super » mamie, nous fait découvrir son « drôle » de papi.

Basé sur le même principe que «Mamie, elle est trop forte», l’auteure nous dévoile le rôle principal des grands-parents.
Papi clown, papi câlin ou encore jardinier ou bricoleur. Tous ces moments de complicité partagés avec les petits-enfants.

J’aurai presque pu chroniquer les deux livres en même temps, ils vont ensemble, on a envie de les découvrir tous les deux et l’enfant s’identifie, se compare à ces amusantes situations.

Les illustrations sont douces aux couleurs pastel. Les dessins sont drôles, coloriés façon crayons de couleur qui rappellent l’univers des enfants.

Assistante maternelle de métier, j’ai lu l’histoire à mes deux garçons de 3 et 5 ans qui ont trouvé ce papi trop rigolo, et qui ont réclamé la relecture de « Mamie, elle est trop forte »

Je remercie Aurélie Wynant pour ce service presse et je recommande vivement ses livres porteurs de messages et de bonne humeur.

2

yyoz1tnt

 Ma synthèse

Auteure : Aurélie Wynant
Illustrations : Aurélie Wynant

Tranche d’âge : 2-7 ANS
Nombre de pages : 24
Prix : Broché : 9 euros
Numérique : 2.99 euros 

Mes petites notes

        Auteur :     10/10
Illustrations :  10/10
          Le livre :  20/20

yyoz1tnt

Retrouvez plus de chroniques sur le blog « Le Phare Littéraire » —–> Ici

En connaître plus sur l’auteure :

Les autres livres de l’auteure : Clic ici
Le site de l’auteure : Clic ici
La page Facebook de l’auteure : Clic ici

4
5

Publicités

Trente secondes avant de mourir par Sébastien Theveny

L’auteur : Sébastien Theveny

sebastien theveny

Né en 1976 en Pays de Champagne, je pose mes valises en Franche-Comté en 2002 et ne quitte plus cette terre d’adoption.
De formation littéraire, j’occupe mon temps libre à rédiger poèmes, nouvelles, contes pour enfants et romans tout en n’oubliant pas de m’adonner au tennis de table : mens sana in corpore sano ! Après la publication de mon premier roman « Trouble Je », je propose à présent mon premier recueil de poèmes, écrits sur une période 14 ans, intitulé « En Vers… et contre tout ».
J’ai eu l’audace également de créer un « roman en alexandrins » : Vers…tige, qui suit la vie d’un homme de sa naissance à sa mort, au travers du prisme du désir et de son rapport aux femmes.

Le livre : Trente secondes avant de mourir
La couverture : Magnifique interprétation du temps remontant dans le sablier par Matthieu Biasotto
51A1gAuEvXL

Genre : Thriller/Suspense
Nombre de pages : 325 pages
Prix : Broché : 17euros – Numérique : 2.99 euros

Lien Amazon : Clic ici

Le résumé :

Pour que des vies basculent, il suffit parfois d’une seconde.

New York, 2018.
Assis dans une salle d’embarquement de l’aéroport de La Guardia, Tom Brady observe les autres passagers, autant d’anonymes ignorant tout de son terrible Thanksgiving 2015.

Impossible d’oublier ce fameux jeudi ! Une journée noire, agitée, tendue, qui cache d’effroyables secrets mais aussi une vérité glaçante, dérangeante, dont les racines puisent bien plus loin dans le passé…

À cet instant, Tom est loin d’imaginer qu’il ne lui reste que trente secondes avant de mourir.

Ma petite chronique :

Il y avait un moment que je voyais tourner sur les groupes cette magnifique couverture, 30 secondes avant de mourir par Sébastien Theveny et j’ai craqué, le soir même il est sur ma liseuse et impossible de le fermer.

Je découvre avec plaisir la plume fluide et addictive de Sébastien Theveny , son plan de livre est formidablement bien construit, les protagonistes se confondent au fil de l’histoire.
L’auteur a un talent certain pour manipuler ses lecteurs et nous embarque dans une remontée à travers le temps en commençant par nous présenter ses personnages à l’âge de l’adolescence.
Les neurones du lecteur sont en ébullition, l’addiction prend forme, et il ne voit pas défiler sa lecture.
L’intrigue se déroule en deux temps, entre l’époque où cette bande d’ados fréquentaient les mêmes bancs d’école, les stades de football ou l’église de la petite bourgade de Carthage au Texas.
Et New York, ville d’excès et de lumière, que l’auteur connaît très bien et dont il nous décrit les lieux avec passion.

Ne vous est-il jamais arrivé de regarder les gens et d’imaginer leur vie ?
C’est ce que fait Tom Brady en ce jour de Thanksgiving 2018 en attendant l’appel qui lui donnera le feu vert pour l’embarquement direction de la Nouvelle Orléans où il est attendu pour un rendez-vous de travail.
Tom est un homme hors normes dans tous les sens du terme à commencer par son physique imposant, qui trimbale un passé aussi lourd que lui et qui noie ses angoisses dans des kilos de nourriture de façon boulimique.
Soudain, les traits d’un visage, le propulse jour pour jour, trois ans en arrière, et, comme un film qu’on rembobine, comme 30 secondes avant de mourir on revoit sa vie.
Ce 26 novembre 2015 où chacun se prépare à se déguiser pour la fête, sa vie a basculé.

Quel est le rapport entre cette bande d’adolescents et ce trio d’amis qui se retrouvent à Central Park pour élaborer une vengeance rétrospective, machiavélique pour exorciser leurs souffrances communes du passé ?
Tom Brady aurait-il pu éviter ces contre-temps qui ont chamboulé sa journée comme une malédiction, s’il était parti cinq minutes plus tôt ou si sa voiture avait démarré ce matin- là ?

Hasard ou destinée ?
Tout est écrit ,et 30 secondes avant de mourir, il est trop tard pour les regrets.
Un thriller désarmant, une magnifique découverte et un auteur à suivre.
Ma petite note : 10/10

Retrouvez plus de chroniques sur le blog « Le Phare Littéraire » —–> Ici

 

Central Park, là où le mot fin du roman a été posé.

35643642_10209324331423801_7785025190647300096_n

 

En connaître plus sur l’auteur :

Les autres livres de l’auteur : Clic ici

La page Facebook de l’auteur : Clic ici

Le site de l’auteur : Clic ici

 

illustrations 2

Une vie ne suffit pas par Annie Fayet

L’auteure : Annie Fayet

Annie Fayet

Annie Fayet a passé une grande partie de son enfance dans un village du Sud-ouest de la France, situé dans le magnifique département du Lot. Une enfance modeste, mais choyée et heureuse, au sein d’une fratrie de cinq enfants entourée de parents aimants. Et puis un jour, la vie bascule. Un drame survient et, avec lui, les interrogations, la remise en question, la recherche d’un sens à donner à ces épreuves qui frappent en aveugle sans que l’on sache pourquoi. Ce chemin de la compréhension, de la connaissance, de l’ouverture de conscience sur lequel elle s’est engagée il y a trente ans, elle continue à l’approfondir à travers ses écrits et sa pratique de la numérologie. Quand la quête est lancée, elle ne s’arrête plus. Lectrice passionnée et assidue depuis son plus jeune âge, l’écriture s’est peu à peu imposée à elle comme un passage incontournable, une évidence, un besoin vital. Ses romans ne se lisent pas, ils se vivent au fil des pages où elle explore l’âme humaine dans toute sa richesse et ses contradictions, avec une grande finesse et une extrême sensibilité.

Le livre : Une vie ne suffit pas

La couverture : Une couverture qui respire la campagne du XIX ème siècle.

Bande annonce du livre : Clic ici

517hUzMJ8dL
Genre : Roman historique

Nombre de pages : 484 pages

Prix : Numérique : 2.99 euros  – Broché : 19.90 euros

Le résumé :

Comment survivre dans la France profonde et traditionaliste de la fin du XIXème siècle, quand on porte en son sein un enfant illégitime ? Marie va devoir l’apprendre à ses dépens. Abandonnée par Guillaume et confrontée à la vindicte villageoise, elle ne trouve de salut que dans la fuite. C’est alors que commence son combat vers la liberté. La sienne et celle de l’enfant qu’elle s’apprête à mettre au monde.
Au fil des épreuves souvent douloureuses qui jalonnent sa route, Marie avance pas à pas, tire les leçons de ses erreurs, évolue, se transforme pour devenir une femme forte, courageuse, déterminée.
Malgré la volonté farouche dont elle fait preuve, le chemin qui mène à la sérénité est long et difficile… Elle y est presque parvenue quand éclate la Grande Guerre. Dans cette folie meurtrière, une synchronicité troublante fait ressurgir son passé de manière inattendue…
Une vie suffit-elle pour accomplir tout ce que nous souhaitons réaliser ? Certains y parviennent. Pour d’autres, le destin en décide autrement…
« Des collines mordorées du Lot à l’enfer sanglant de Verdun, cette fresque romanesque est une ode à l’amour de deux êtres pris dans la tourmente de la passion, des doutes et des évènements historiques… Un portrait de femme émouvant…Une fabuleuse leçon de vie. »

Ma petite chronique :

Je découvre l’auteure Annie Fayet et je la remercie pour la confiance qu’elle m’a accordée en me proposant le service presse de son roman «Une vie ne suffit pas».

Le titre prend de l’ampleur au fil des pages, et rend la lecture addictive.
Une vie entière de souffrance parsemée de quelques bonheurs volés mais ô combien payés !
Marie est l’aînée de la famille et très vite elle va devoir renoncer à l ‘insouciance de l’enfance pour remplacer sa mère morte en couches lors de la naissance du petit dernier.
C’est à elle que va revenir la lourde tâche d’élever ses frères et sœurs, veiller aux corvées de la maison et venir en aide à son père, un homme fort et courageux.
Brave et audacieuse, elle n’hésitera pas en plus de toutes ses occupations à devenir brodeuse chez la couturière du village.
Le jour où elle rencontre Guillaume, elle sait qu’elle n’aimera que lui,  qu’importe qu’il soit le fils du château.
Mais ce  dernier, malgré sa déclarations d’amour sincère, se range aux recommandations de ses parents pour protéger la classe sociale. Il n’assume pas ses responsabilités et refuse de reconnaître  la grossesse illégitime, sacrilège de l’époque qui oblige Marie à quitter le village pour fuir les regards et les rumeurs.

Une vie ne suffit pas c’est aussi l’histoire d’une guerre qui voit tomber ses hommes et enfants. Ces années de souffrance et d’horreur avec toutes les émotions qu’elles engendrent et décrites d’une plume fluide et délicate.  On ressent le travail de recherche de l’auteure. Les descriptions détaillées ont fait que je me suis, dès les premières pages laissée transporter à la fin du XIXème siècle.

Un moment de lecture intense dotée d’une belle leçon de courage.
Ma petite note : 10/10

Retrouvez plus de chroniques sur le blog « Le Phare Littéraire » —–> Ici

En connaître plus sur l’auteure :

les autres livres de l’auteure : Clic ici

ses deux livres

le blog de l’auteure : Clic ici

la page Facebook de l’auteure : Clic ici

 

34704841_10211263898505146_1902644806748733440_n

Le chant de la baie par Virginie Paquier

L’auteure : Virginie Paquier

61--Z5UWrvL

Virginie PAQUIER est une auteure française, née en 1968. Fortement attirée depuis toujours par les activités créatives, elle a trouvé dans l’écriture et la peinture le moyen de s’exprimer librement et de libérer ainsi sa fantaisie et son imagination.
Ses références sont plutôt classiques, mais ses histoires sont souvent qualifiées d’originales et pleines d’idées.
Son premier roman « L’envers des corps » est une histoire d’anticipation doublée d’une histoire d’amour et d’intrigue, pleine de passion.
Puis on pourra lire « Offre logement contre menus services », traduit en Anglais sous le titre « LAURA and Mr SOLIS », « La jolie vie de Mélanie », « Deuxième étage, rayon hommes », « Mauvais Amour », « Nœud de vipères dans l’herbe verte », « Le Dernier Facteur », « C’est comme ça, Papa », « Avant qu’il n’en reste plus rien», « L’atelier des coeurs égarés».
« MES VERITES A DIRE ET A CONTREDIRE » quant à lui, est un recueil qui regroupe 21 textes courts illustrés sur des sujets actuels très divers comme les relations homme-femme, la place de l’homme dans la nature, le sens de la vie… traités de façon très personnelle.

Le livre : Le chant de la baie

La couverture : Une invitation aux vacances.

51dIcZ6OEeL._SY346_

 

Genre : Policier et Suspense

Nombre de pages : 236 pages

Prix : Numérique : 2.99 euros 

Lien d’achat Amazon : Clic ici

Le résumé :

Lorsque les vacances tournent à l’aventure policière …
Ceux qui ont aimé « Avant qu’il n’en reste rien », retrouveront dans ce nouveau roman un personnage central de l’histoire.

Alicia et Antoine, couple de trentenaires citadins, sont à quelques mois de leur mariage. Désireux de s’offrir un moment en tête à tête avant le grand saut, ils louent une maison de vacances, dans une baie isolée, les pieds dans l’eau. Leurs seuls voisins sont les Pommier, des gens âgés mais accueillants qui vivent là toute l’année. Lorsqu’Alicia déclare à Mme Pommier qu’elle a entendu des chants la nuit, venant de la mer, celle-ci lui avoue que ce n’est pas la première fois qu’on lui parle de ces chants.
Que s’est-il passé dans cette baie, quelques mois auparavant, et qui hante ce lieu magnifique ?

Autres titres de l’auteur : L’envers des corps, Code tattoo, Offre logement contre menus services, La jolie vie de Mélanie, Deuxième étage rayon hommes, Mauvais amour, Noeud de vipères dans l’herbe verte, Le dernier facteur, C’est comme ça Papa !, Avant qu’il n’en reste rien, L’atelier des coeurs égarés

Ma petite chronique :
J’ai pris beaucoup de plaisir à lire, «Le chant de la Baie», le dernier roman de Virginie Paquier et la je remercie pour la confiance qu’elle m’accorde en me proposant ses livres en service presse.

La couverture est déjà une invitation aux repos et vacances. C’est ce que m’a apporté cette lecture. Un sublime moment de détente grâce à la plume légère et fluide de Virginie.

L’auteure aime partager les sujets d’actualité ou les phénomènes de société qui lui tiennent à coeur. Ici elle nous parle de la défense et le respect pour les animaux.
De merveilleuses vacances se transforment en souvenir inoubliable et une enquête policière avec le retour de l’inspecteur Leclou muté dans ce lieu paradisiaque. ( Leclou : personnage du roman « Avant qu’il n’en reste rien »).

Difficile de parler de l’intrigue sans spoiler.
Une baie sur les côtes, une jolie maison isolée les pieds dans l’eau, c’est l’endroit choisi par Alicia et Antoine pour passer un mois de vacances avant de se marier.
Des vacances idylliques qui vont prendre des allures d’enquête suite à l’écoute d’un mystérieux chant venant de la mer qui réveille Alicia chaque nuit.

Cette musique vient-elle de l’unique maison voisine, un petit couple de retraités bien sympathiques ou d’une fête sur un bateau proche ?

Vacances, protection des animaux et enquête policière, les ingrédients sont réunis pour passer un agréable moment de lecture.

Ma petite note : 8.5/10

Retrouvez plus de chroniques sur le blog « Le Phare Littéraire » —–> Ici

En connaître plus sur l’auteure :

Autres titres de l’auteur : L’envers des corps, Offre logement contre menus services, La jolie vie de Mélanie, Deuxième étage rayon hommes, Mauvais amour, Nœud de vipères dans l’herbe verte, Le dernier facteur, C’est comme ça Papa !, Avant qu’il n’en reste plus rien, L’atelier des coeurs égarés.

L’auteure Virginie Paquier vous parle de son roman : Clic ici

Lien des autres titres : Clic ici

Le blog de Virginie Paquier : Clic ici

La page Facebook de Virginie Paquier : Clic ici

 

33708948_10215885834008763_4871435882323771392_n

Elle(s) par Céline De Rosa

L’auteure : Céline De Rosa

cc3a9line-de-rosa

Née en 1980, Céline DE ROSA fait des études linguistiques et commerciales (licence d’ espagnol, master de négociation internationale), puis prend le temps de voyager et s’essaie à divers métiers. Aujourd’hui elle est enseignante.

Passionnée de lecture depuis son plus jeune âge, c’est avec Marcel Pagnol et ses souvenirs d’enfance qu’ elle fait ses premiers pas en tant que lectrice. Céline de Rosa est auteur d’un premier roman Elle(s).

Le livre : Elle(s)
la couverture : Couverture sobre d’une femme qui se cache en rapport avec le roman.

41Q4R-Fl4yL._SY346_

Genre : Littérature Française / Suspense
Nombre de pages : 190
Prix : Numérique : 2.99 euros

Lien d’achat Amazon : Clic ici

le résumé :

Depuis toujours, Elle nourrit de grandes ambitions. Sur le point de démarrer une thèse en sociologie, elle rencontre le beau et charismatique Pierre, tout aussi ambitieux qu’elle. Néanmoins, deux ambitieux dans le couple, cela fait un ambitieux de trop. Aujourd’hui mariée et mère de trois enfants, après avoir mis sa vie professionnelle entre parenthèses depuis sept ans et s’être entièrement consacrée à sa famille, la jeune femme aspire à autre chose qu’à sa position de maman et d’épouse. Plus que tout, elle souhaite changer de vie, lassée de ce morne quotidien dans lequel elle se consume peu à peu. Devant la détresse de la jeune femme, Pierre joue les aveugles car pour lui, rien ne doit changer. Les relations dans le couple deviennent de plus en plus tendues. Le combat se fait de plus en plus acharné. Jusqu’au jour où…l’orage éclate.
Une tempête aux dommages irréversibles pour toute la famille ?

Ma petite chronique :

Dès le début, l’auteure, met le lecteur en interrogation et cette sensation perdurera jusqu’à la fin. Qu’a-t-elle bien pu faire de si terrible cette femme pour être aujourd’hui dans un hôpital en service psychiatrique ?

Une écriture fluide et agréable, mais des descriptions trop longues à mon goût qui ont ralenti ma lecture.

Peut-être étais-je trop fatiguée, ou avais-je trop de préjugés car si « l’argent ne fait pas le bonheur » il y contribue drôlement.

Il est certain que sans la situation financière de son mari « elle » n’aurait pas pu agir de la sorte ! Et pourquoi les femmes aisées ne pourraient pas avoir comme les autres leur part de soucis ? car le lecteur peut aussi se poser les questions dans ce sens.

Une fois passée cette première constatation, le roman met bien en scène les conditions de vie des femmes qui laissent tout tomber, carrière et ambition, suivant et s’effaçant derrière leur mari jusqu’à en perdre tout équilibre psychologique.

Ce côté sombre, Céline de rosa le dénonce parfaitement avec beaucoup de sensibilité.

J’ai fait face à des sentiments contradictoires, je suis donc ravie d’être allée jusqu’à la fin de ma lecture.

 

Retrouvez plus de chroniques sur le blog « Le Phare Littéraire » —–> Ici

Ma petite note : 7.5/10

En connaître plus sur l’auteure :

Le blog de l’auteure : Clic ici

La page Facebook de L’auteure : Clic ici

hqdefault

 

 

 

So Long Alice par Constance Dufort

L’auteure : Constance Dufort

constance-dufort-1013980-250-400

Constance Dufort est née à Angoulême en 1977. Elle réside aujourd’hui à Oloron Sainte Marie, au cœur du Béarn.
Diplômée d’histoire, elle consacre son temps libre à l’écriture : science-fiction, fantasy, polar ou jeunesse, tout n’est qu’une question d’envie. Constance Dufort aime découvrir, chercher, et parfois trouver : nourrie à la série télé Battlestar Galactica, inspirée par l’univers narratif de L’apprenti assassin, sa trilogie a été écrite avec, en fond sonore, Ludovico Einaudi.

Le livre :So Long Alice
La couverture : Une couverture jeune et moderne avec le reflet en miroir de Manhattan.

solong

Genre : Young Adult

Nombre de pages : 125 pages

Prix : Numérique : – Broché :

Lien d’achat : Bientôt disponible aux Editions Nouvelle Bibliothèque: Clic ici

Maison d’éditions : Editions Nouvelle Bibliothèque

Editions Nouvelles Bibliothèque

Le résumé :

New York dans les années 2010. Alice cherche son frère dans Manhattan, rivée à son lecteur MP3. Il ne lui reste que cela de sa vie d’avant : la playlist de son frère Jeff. Ça, et l’arrogance de ses 14 ans.

Jefferson est ici. Elle le trouvera ! Quitte à dormir dans Central Park au cœur de l’automne.

Une rencontre aussi fortuite que désagréable va pourtant bouleverser le déroulement de sa mission.

Mais qui est cette vieille harpie endimanchée au chat teigneux, gesticulant devant le chapelier fou de bronze? Et cet étrange majordome qui la talonne, Alice est persuadée de le connaître…

Ma petite chronique :

Je remercie les Editions Nouvelle Bibliothèque de la confiance qu’ils m’ont accordée en me proposant le service presse du roman de Constance Dufort « So Long Alice».

L’écriture est fluide. Durant les premiers chapitres, on se demande où l’auteure veut nous mener. Et puis, l’héroïne se retrouve dans une situation surprenante et l’addiction commence, on veut absolument savoir ce qu’il se passe et comment elle va parvenir à ses fins.
Les côtés qui m’ont un peu dérangée sont les passages écrits en anglais qui semblent pourtant avoir de l’importance pour l’intrigue et qui ne sont pas traduits en fin de page. J’ai lu une version non corrigée, l’auteure compte y remédier et cela donnera vraiment un aspect positif au roman.

Alice est une ado rebelle de 14 ans déjà éprouvée par la vie. Abandonnée par sa mère, elle vit avec son frère et leur père alcoolique. Ce dernier déverse sa rage sur Jefferson qui à la dernière dispute quitte le domicile familial, ne léguant à sa sœur qu’une sorte de cahier journal GPS codé.
Ne reculant devant aucune peur et forte de son insouciance d’adolescente, n’écoutant que son courage elle décide de se lancer à sa recherche, la vie sans Jeff n’ayant aucune saveur.
C’est ainsi qu’elle débarque à Manhattan. Central Park deviendra son seul refuge, jour et nuit, bravant le froid, jusqu’à ce qu’une pneumonie vienne s’inviter.
Une drôle de rencontre aussi une « vieille » bourgeoise aux traits connus et son majordome qui la suit à la trace.

Que lui veulent ces gens, pourquoi la séquestre-t-elle ? Arrivera-t-elle à retrouver son frère Jefferson?

Un roman, young adult, qui saura être apprécié par les adolescents, par son rappel moderne avec le conte : Alice au pays des merveilles.

Ma petite note : 7.5/10

Retrouvez plus de chroniques sur le blog « Le Phare Littéraire » —–> Ici

En connaître plus sur l’auteure :

la page Facebook de l’auteure : Clic ici

La playlist : Clic ici

le blog de l’auteur : Clic ici

la page twitter de l’auteure : Clic ici

5

Central Park- Manhattan-

Meurtres par accident « Les enquêtes de Kalidowski »

Les enquêtes de kalidowski :

jean françois kalidoski photo

L’auteur a choisi de rester anonyme et je respecte son choix.
Je peux vous dire que depuis l’enfance, il est fan des romans d’ Agatha Christie  (principalement ceux mettant en scène Hercule Poirot) mais aussi des romans de Sir Arthur Conan Doyle et de Maurice Leblanc.
En 2016, lors d’une longue convalescence suite à un accident, il décide de se mettre à l’écriture et fait naître Jef, l’enquêteur de ce qui deviendra « Les enquêtes de Kalidowski »
Il prend plaisir à écrire et n’attend rien de ses romans. Il les partage avec les lectrices ou lecteurs qui le lui demandent.
Sa récompense vient quand on lui donne un avis.

Le livre : Meurtres par accident
La couverture : très épurée, ce profil noir à la cigarette risque de marquer les esprits

meutres par accident jean françois kalidoski

Genre : Enquête policière
Nombre de pages : 130 au format A4
Prix : Gratuit

une simple demande gratuite sur la boîte ted.greccis@gmail.com

Le résumé :

Jean François Kalidowski est déprimé. Alors qu’après une belle carrière au sein de la gendarmerie nationale, il décide de prendre sa retraite, sa femme lui annonce qu’elle le quitte.
Acceptant difficilement son divorce et ayant besoin de se ressourcer, il entreprend un périple pédestre à la découverte des cirques de la Réunion.
C’est à l’Ilet des orangers, au coeur de Mafate, qu’il va rencontrer un groupe de randonneurs dont la bonne humeur apparente masque les préparatifs d’un meurtre dont une jeune femme va être la victime.
D’abord témoin des faits, Kalidowski sera amené à assister les enquêteurs pour finalement, grâce à sa méthode de déduction, parvenir à identifier l’assassin
Mais la vérité est-elle réellement telle que l’on a bien voulu la narrer ?

Ma petite chronique :

Il n’est pas courant d’accéder à la gratuité d’un livre sur simple demande, de quoi piquer ma curiosité et c’est avec plaisir que j’ai promis à l’auteur des enquêtes de Kalidowski de réaliser une petite chronique.
J’ai lu une version non corrigée, mais les coquilles n’ont pas altéré ma lecture et le manuscrit est actuellement en cours de correction.

Le style est fluide et l’enquête digne d’un bon Columbo. L’auteur nous fait voyager à travers la randonnée de ses protagonistes au coeur de Mafate, à la découverte des cirques de la Réunion.
Les descriptions détaillées des lieux et personnages font que le lecteur est complètement immergé dans l’histoire, prêt à enquêter.

Jean François Kalidowski vient de prendre sa retraite quand sa femme lui annonce qu’elle le quitte. Ne supportant pas cette soudaine solitude il décide d’aller se changer les idées chez un collègue de l’île et se ressourcer en planifiant une randonnée.
Il ne tarde pas à rencontrer d’autres passionnés de loisirs pédestres et se joint au petit groupe.
Les vacances tranquilles et reposantes vont bientôt se transformer en enquête , lorsqu’une jeune femme du groupe va être assassinée.
Jeff prêtera main-forte aux enquêteurs sur place. Sa façon particulière de mener l’affaire est très addictive on se sent obligé de suivre son raisonnement et de tourner les pages.
De suppositions en rebondissements, le suspense est entretenu tout le long du roman.

J’ai passé un agréable moment de lecture avec Jeff, personnage au caractère un peu rustre mais envers lequel j’ai éprouvé de l’empathie. Son petit côté inspecteur Columbo, avec sa manie de porter à ses lèvres une cigarette sans l’allumer, ou de repenser à son épouse pendant l’enquête m’ont beaucoup amusée.
C’est avec plaisir que je vais retrouver Jean-François Kalidowski, avec une nouvelle enquête « la chambre onze ».

Ma petite note : 8/10

Retrouvez plus de chroniques sur le blog « Le Phare Littéraire » —–> Ici

meutres par accident illustration 0

En connaître plus sur « Les enquêtes de Kalidowski » :

retrouvez le personnage de Jean-François kalidowski sur Facebook : Clic ici

Se procurer le livre gratuitement :

une simple demande gratuite sur la boîte ted.greccis@gmail.com